Un grand merci à Gospel Colors

Par défaut

Un grand merci à Gospel Colors pour cette belle soirée musicale et très entraînante ainsi qu’à tous ceux qui sont venus écouter le concert ! Merci également à Jonathan qui est venu témoigner de son expérience d’enfant parrainé à Edyfu.

Grâce à vous, nous avons pu récolter 531.99 euros que nous reverserons à Edyfu pour la cantine !

Pour ceux qui n’ont pas pu venir mais qui souhaitent quand même faire un don, voici la cagnotte en ligne créée pour l’évènement.

Encore merci à tous !

20190614_210850IMG-20190615-WA0001

 

Publicités

J-8 jours avant le concert de Gospel 2019 !

Par défaut

Le concert de Gospel approche puisqu’il aura lieu dans 8 jours seulement !
Nous avons hâte de retrouver les choristes de Gospel Colors qui nous transmettent à chaque fois leur énergie et leur passion du Gospel !

Pour ceux qui ne sont pas disponibles ce jour là mais qui veulent quand même soutenir Edyfu, nous avons mis en place une cagnotte en ligne cette année :

https://www.helloasso.com/associatio…/…/formulaires/1/widget

Au plaisir de vous retrouver pour un moment musical haut en couleurs !

Concert Gospel Colors 2019

Par défaut

Nous avons le grand plaisir de vous annoncer le concert de Gospel Colors 2019 en faveur d’Edyfu!

Cette année encore, nous vivrons un moment d’évasion musicale chaleureux grâce à leur talent et à leur dynamisme! 🙂

Alors, rendez-vous vendredi 14 juin à 20h30 à l’église Saint Vincent de Paul dans le 10ème, 5 rue de Belzunce (attention l’église n’est pas la même que les dernières fois). Il n’y a pas besoin de réserver, la participation est libre et le tout sera reversé à Edyfu. Nous espérons que vous viendrez nombreux!

 

Affiche concert

Témoignage de Mélanie, volontaire à EDYFU

Par défaut

Je suis étudiante en travail social, et j’ai fait un stage de trois mois à l’Amanecer d’octobre à décembre 2018. Là-bas, l’équipe de professionnels intègrent très bien les stagiaires et les volontaires à l’équipe et du coup, on s’y sent bien, on se sent écouté dans nos attentes, nos questionnements, et soutenus dans les projets que l’on souhaite mettre en place.
Le travail fait par Edyfu est vraiment bénéfique pour les familles et les enfants qui bénéficient du projet. On comprend que l’ONG fait un travail nécessaire pour plus de justice sociale dans ces quartiers défavorisés, pour donner un meilleur avenir à ces enfants. Aussi, les équipes sont investies, et pour cela, c’est un beau projet pour lequel est on heureux de contribuer en passant quelques mois sur place. En plus, les enfants sont vraiment attachants! Je garderai un merveilleux souvenir de ces trois mois à Tarija, et j’espère pouvoir y retourner.

Témoignage de Natalie, volontaire à EDYFU

Par défaut

Quand on arrive à Tarija, le mot qui s’impose à nous est « dépaysement ». C’est poussiéreux et on ne peut pas dire que la collecte des déchets soit une priorité. Les chiens errants se promènent partout dans la ville et sont à même de vous attaquer à tout moment. Des tiendas et vendeuses d’empanadas sont présentes à chaque coin de rue et lorsque vous vous promènerez aux marchés, attendez-vous à entendre toutes les 12 secondes : « Que va llevar? »
Ici, on prend le taxi trufi ou le micro n’importe où et on descend simplement en disant « me quedo ». En parlant de transport, c’est aussi dans cette ville que nous avons réussi à entrer à 12 adultes dans un grand taxi et à 25 enfants/adultes dans une camionnette.
La ville est appelée Tarija linda pour une bonne raison car c’est la ville du sourire, où les habitants, peu habitués à voir des gringos, sont curieux et accueillants. C’est une ville pleine de culture, où beaucoup de femmes, en commençant par nos deux cuisinières (doña Vicky et doña Feli), arborent leurs deux longues tresses et leurs vêtements traditionnels en-dessous de leur tablier.
Et bien sûr, les touristes viennent à Tarija pour faire la très connue route du vin !
Mais ils se raviront également des paysages alentours, en passant par la réserve de Sama, la vallée des condors et les nombreuses cascades dont regorge la région.

Tarija compte une association très connue du voisinage : EDYFU. J’ai eu l’occasion de loger à la Libellule et de travailler à l’Amanecer  en tant que volontaire dans ce beau projet.
J’ai eu la chance d’arriver dans les premiers volontaires et donc d’avoir le choix et la variété dans les activités proposées au centre : j’ai pu accompagner ma grande amie Giovana à distribuer le courrier des parrains et marraines ramené de Belgique, travaillé à la traduction de lettres avec Cristian de la Libellule, et ai également été faire la distribution de pains et de donuts avec Fabricio. J’ai participé aux soutiens scolaires du matin avec Silvia et de l’après-midi avec Daniela avant d’avoir ma propre classe (dans la guarderia) avec mes élèves de 2ème primaire. Je participais ensuite parfois à la confection des donuts avec doña Vicky et ai mis la main à la pâte pour la production de panettons avec doña Bety. J’ai participé à des réunions pour vendre ces derniers avec Mildre et Milenka et ai même été désignée responsable en chef de la mise en boîte des panettons. Ce fut un défi de taille que nous sommes fiers d’avoir relevé et de pouvoir dire avec Lucio « LO LOGRAMOS! » autour d’un bout de pizza.

Mais je ne peux pas parler d’EDYFU sans parler des enfants. De prime abord timides, ils s’approchent progressivement jusqu’à ne plus vous lâcher et là c’est le bonheur à l’état pur, entre démonstrations d’affection, rires, jeux et joie. Je garderai toujours dans mon cœur mes élèves de la guarderia qui m’ont réservé un magnifique accueil à mon retour d’Argentine, les enfants du turno de la mañana qui m’ont offert de jolies lettres de remerciements à Noël, tous les enfants avec qui j’ai partagé mes repas au comedor, entre moments de connaissance, de rires, de chants et même de conversations plus profondes. Nous avons également organisé des débats sur des thèmes qui nous tenaient à cœur comme l’égalité homme-femme, le machisme, le harcèlement, la sexualité, les drogues et bien qu’il n’ait pas toujours été facile de contrôler les débats, nous espérons avoir pu semer une graine dans leur esprit (merci Silvia d’avoir été à l’initiative de cette activité tellement importante).
Je retiendrai aussi les entraînements et matchs de volley (« Punto pa’nojotros ») et de foot, avec la victoire de l’Amanecer au tournoi de foot inter-centre, les colliers et bracelets en fruitloops et pâtes, les chauve-souris pour halloween, les grinchs pour Noël et autres bricolages ; le rallye photos, les olympiades inter-centre, l’atelier cookies, la peinture sur le mur du comedor avec nos mains. Et toutes les fêtes que nous avons célébrées comme el dia de la primavera, dia de la mujer, la chocolatada y Navidad.
Tous des moments synonymes de bonheur et de partage.

Mais ceux-ci n’auraient pas pu être possibles sans l’aide du personnel d’EDYFU, indispensable au bon fonctionnement du centre:
Le président et fondateur Don Vicente, très accueillant et qui nous met directement à l’aise, il nous a ouvert les portes de sa maison à Rosillas pour partager de somptueux repas et une belle rando (sans condor et sans soleil mais ça reste un beau souvenir).
Mildre, la coordinatrice du projet, qui sous des abords sévères, a le cœur sur la main et à l’esprit le bien-être des enfants.
Giovana, ma grande amie, responsable du parrainage, dont il n’est plus à prouver sa loyauté au projet, aux enfants et aux familles et dont l’investissement est plus que remarquable.
Milenka, la comptable, force l’admiration et le courage en cumulant 2 emplois sans jamais se plaindre et en gardant toujours le sourire et la douceur.
Fabricio, responsable de la distribution du pain et des donuts le jour et meilleur chanteur et danseur de Tarija la nuit, toujours à rendre service, sauf lorsqu’il ne trouve pas ses clés (private joke).
Cédric, responsable des volontaires, il nous aide à nous y retrouver dans Tarija à nos débuts, que ce soit dans la vie quotidienne mais aussi dans la différence de culture non négligeable. Toujours prêt à approfondir des questions philosophiques autour d’une bonne bière.
Silvia, prof du soutien scolaire du matin et du comedor, jeune femme indépendante, intéressante et curieuse, qui cherche toujours à aller plus loin et à apporter quelque chose aux enfants, que ce soit via des questions, des films, des débats mais qui est aussi capable de gagner l’affection des enfants (et des adultes) par son humour sarcastique. Amiga accueillante qui nous a guidé au sein du projet mais aussi dans la visite de Tarija et de sa vie nocturne.
Daniela, prof du soutien scolaire de l’après-midi, douce, discrète en grand groupe et très respectueuse, elle est serviable et curieuse de ce que les volontaires peuvent apporter comme idées.
Doña Vicky, la cuisinière, toujours présente au poste pour vérifier qu’on a bien pris notre soupe. On met du temps avant de l’apprivoiser mais une fois que c’est fait, son affection est sincère. Je n’aurai malheureusement pu goûter qu’une seule fois sa fameuse recette de Tallarin.
Doña Bety, la boulangère sans qui le projet panetton n’aurait jamais pu aboutir, elle a travaillé nuit et jour pendant des semaines pour arriver à l’objectif de 5000 unités et même plus, ce qui force le respect. Toujours positive et reconnaissante, je suis contente d’avoir pu travailler à ses côtés.
J’ai peu travaillé avec Judith, la prof d’informatique, Tania, la comptable des deux centres et Lucio, le jardinier et homme à tout faire du projet, mais je suis heureuse d’avoir pu partager avec eux les moments de célébration, après la remise de commande des panettons, Noël ou encore la despedida.

J’ai également une pensée pour les volontaires avec qui j’ai partagé cette belle aventure. Dans l’ordre d’arrivée : Lau, Clem, Ninie, Mel, Madji, Poulou, Alex et Emy. Vous êtes la meilleure coloc que j’ai jamais eue et l’expérience n’aurait pas été la même sans vous.

Je termine donc cet hommage par un ÉNORME MERCI à toutes ces personnes qui m’ont accompagnée au cours de ces trois mois au sein du projet et pour tout ce qu’elles m’ont apporté.

Ce fut une magnifique expérience qui fera à jamais partie de moi.

Bulletin de la Libellule, septembre-décembre 2018

Par défaut

Pour le premier article de 2019, voici le Bulletin Auberge des Filles à La Libellule – fin 2018 ! Il est introduit ci-dessous par une lettre du directeur d’EDYFU adressée aux anciens volontaires :

« Chers anciens volontaires qui nous avez aidés ici à EDYFU 🙂

Ça me fait bien plaisir de vous écrire ou réécrire même si le temps passe vite !  J’espère que tout va bien dans votre vie… l’amour, le travail, la famille, les voyages 🙂   Et j’espère aussi que tout le monde tient bon dans notre lutte pour un monde meilleur, malgré le froid !

Ici à Tarija c’est la période des pluies et là il pleut sans arrêt depuis 3 jours. D’ailleurs petite anecdote je viens de ramasser une petite grenouille qui se promenait tranquillement dans le salon et je l’ai relâchée dehors. Emoji

Je vous envoie ici en attaché le dernier bulletin de La Libellule qui est plus exactement un bulletin de l’Auberge des Filles de La Libellule. Comme vous le verrez c’est un bulletin qui correspond à la fin 2018 et qui couvre (avec pleins de superbes photos 🙂 ) la période septembre – décembre. Je me suis dit que ça vous ferait sûrement bien plaisir de revoir ainsi La Libellule, le soleil de Bolivie et puis surtout les frimousses des enfants qui viennent au Centre.

Mais en même temps je voudrais aussi profiter de ce message pour vous annoncer une campagne vraiment importante, qu’on lance là juste maintenant, précisément pour soutenir cette Auberge des filles que vous connaissez. Car malheureusement depuis quelques mois Edyfu ne parvient vraiment plus à payer ses frais de fonctionnement. J’ai donc été obligé de fermer en janvier ce volet pour éviter la crise. Emoji

Cette fermeture est bien sûr provisoire, mais j’ai été obligé d’en arriver là… Car il vaut mieux faire ça que d’enfoncer toute La Libellule dans le rouge… Du coup, pour l’instant Edyfu n’héberge plus de filles dans son Auberge des Filles, alors que pourtant la demande reste bien présente dans les quartiers avoisinnants et qu’il y a sans arrêt des cas terribles qu’on voudrait pouvoir recevoir. 

Cette campagne est donc organisée spécifiquement pour relancer l’Auberge des Filles, avec comme objectif de pouvoir la rouvrir en mars. C’est vraiment ce que toute l’équipe veut ici, mais pour pouvoir y arriver on aurait vraiment besoin de votre aide, car il faut vraiment qu’on réorganise le financement. J’ai donc pensé à vous tous en me disant que si chacun et chacune de son côté pouvait trouver l’une ou l’autre personnes généreuses parmi ses proches, peut être un parent qui seraient sensibles au travail d’Edyfu ici en Bolivie, à la situation des filles que nous hébergeons à l’auberge, ou bien un vieil oncle, ou un ami, un voisin, … Bref des gens autours de vous qui accepteraient de faire un petit don mensuel, à la mesure de ses possibilités… si on en trouvait tous l’un ou l’autre je crois que l’auberge serait sauvée. 

En fait je propose ça, un versement mensualisé, car c’est moins lourd qu’un don unique souvent plus important, et puis surtout si c’est une aide mensualisée ici ça nous permet de planifier et donc de fonctionner dans la durée tout au long de l’année.

L’avantage c’est qu’Edyfu organise cette campagne avec l’association amie Adailes, que certains d’entre vous connaissent déjà, c’est l’association française relai d’Edyfu sur toute la France, gérée par un groupe de filles super sympas 🙂  J’en profite pour leur/vous dire un grand merci !

Je profite aussi de ce mail pour rappeler à l’intention de vos amis et de vos réseaux que l’Auberge des Filles d’Edyfu fonctionne au Centre La Libellule, et qu’il s’agit d’une structure constituée de 6 chambres dont une pour l’éducatrice de nuit. Ces chambres sont disposées autour d’un patio, avec plus loin le réfectoire, les classes de soutien scolaire, le bureau de l’assistante sociale, le bureau du parrainage et tout autour un grand espace pour courir, jouer et socialiser. Emoji 

C’est là au milieu de ce grand espace vert que l’Auberge des Filles accueille, écoute et défend en permanence entre 14 et 16 jeunes filles, de 7 à 17 ans, victimes de maltraitances graves (exploitation au travail, abandons, abus sexuels, violence physique ou psychologique, sous-alimentation) en coordination constante avec les familles concernées et les services sociaux de Tarija (la Defensoria de la Niñez, le SEDEGES, la Juge de l’Enfance, etc.). 

Pendant leur séjour à l’auberge, les filles disposent d’un bon lit dans des chambres partagées, elles reçoivent des repas équilibrés au réfectoire, le personnel du centre est vraiment à leur écoute car elles ont de grands besoins affectifs, elles sont suivies dans leurs études et elles participent à plein d’activités organisées par les nouveaux volontaires. 

Autre précision, l’équipe bolivienne qui entoure et soutient ces jeunes filles est uniquement féminine (une éducatrice de nuit et une éducatrice de jour) tandis que l’assistante sociale du bureau social s’occupe des solutions à apporter pour chaque cas et aussi des aspects légaux et de la défense des victimes.

Un tout tout grand merci pour votre aide, et n’hésitez surtout pas à me contacter !
 
Amicalement
 
Vicente

 

PS.  Pour 2019 on a moins de demandes de volontariat ou de stages qu’en 2018…  Donc n’hésitez pas à parler aussi de cette possibilité autour de vous !  Pour ceux qui veulent en savoir plus sur cet engagement personnel et solidaire (un défi fabuleux que vous connaissez bien 🙂 ) il y a un onglet spécial sur ce sujet dans notre site http://www.edyfu.com« 

Activités

Par défaut

Il est connu que les enfants sont des boules d’énergie et débordent de créativité. Ainsi, après 2-3 heures de soutien scolaire à devoir rester sur sa chaise à faire ses devoirs, il est bon d’encourager les enfants à se défouler. Et c’est là que la nouvelle volontaire Mathilde joue le grand rôle. À la fin du soutien scolaire, les enfants qui ont terminé leurs devoirs peuvent se rendre dans la petite classe de Mathilde où elle les prend en charge et leur apprend à faire de la céramique, des bricolages, du collage, du coloriage,… Les enfants sont aux anges et s’appliquent super bien ! Il est même impressionnant parfois de découvrir ce qu’ils peuvent faire avec leurs petites mains !